Sous-projet B: Implications pour les jardiniers

Le sous-projet B interroge la qualité de vie des jardiniers mais également de tous les habitants des quartiers. Différentes dimensions de la qualité de vie vont être mesurées. Des recherches antérieures suggèrent que les jardins urbains procurent des avantages en termes d’activités récréatives, de santé et de création de sens. Pour la population générale les jardins urbains offrent un environnement esthétique et promeuvent la cohésion sociale.    

Un but du sous-projet est de découvrir si les différents types de jardins de la ville affectent la qualité de vie de différentes manières. Par exemple, le jardinage dans un jardin familial favorise-t-il davantage la santé que celui mené dans un jardin privé ? Egalement, les jardins communautaires contribuent-ils davantage à la cohésion dans le quartier que les autres?

De plus, nous cherchons à savoir la manière dont les personnes évaluent les différents types de jardin. A ce titre, on peut se demander si un quartier présentant de nombreux jardins est perçu comme plus jolie que ceux n’en contenant peu ou pas. Une autre question est de savoir s’il y a  des  différences de perception entre la population générale et les urbanistes. Enfin nous évaluerons l’étendue des connaissances individuelles concernant les corrélations écologiques dans les jardins.

A cet effet des jardiniers individuels, des experts en planification urbaine au niveau local, cantonal et national ainsi que d'autres habitants des trois villes du projet (Zurich, Berne et Lausanne) seront interrogés. Les résultats tirés des interviews seront ensuite examinés plus en détail à l’aide de plusieurs questionnaires.

Contact

Nicole Bauer, Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL, nicole.bauer(at)wsl.ch